15ème édition

Du vendredi 23 mars au dimanche 1er avril 2018

Librairie du Bivouac

23 mars > 1 avr.

Ciné Mourguet

Librairie du Bivouac

 

LIBRAIRIE DU BIVOUAC

Ciné Mourguet – Salle à gauche en bas des escaliers
15 rue Deshay - Sainte-Foy-lès-Lyon

Ouvert de 13h30 à 20h30 et plus tard lors des nuits du cinéma

La librairie du bivouac est un véritable paradis pour ceux qui aiment lire et découvrir des films !
 Formidable espace de vente qui connaît un succès croissant !
 Venez découvrir un choix exceptionnel de livres sélectionnés avec Terre des livres, mais aussi des Dvd ! Et la librairie se déplace en partie pour le jour du marché africain, le 24 mars.

En partenariat avec la librairie Terre des Livres, la société Arcades, les éditions La Cheminante

 

LES DÉDICACES DU BIVOUAC LITTERAIRE

Samedi 24 mars à 16h

Charline Effah

Pour La Danse de Pilar, roman, 2018 et N’être, roman, 2014

Dans ce roman, Charline Effah retrace en une fresque bouleversante la cohabitation entre bien et mal, amour et haine, ambition et jalousie au sein d’une famille des année 80. La Danse de Pilar ressuscite les histoires de cette période politique où fleurissent les mouvements propagandistes, les velléités d’opposition et les prémices de la démocratie. « La révolte latente ondule dans le ventre de la terre. » Danse tragique de Pilar et de ceux qui s’accrochent à leur pouvoir, dans un monde qui désormais les renie.

 

 

Samedi 24 mars à 16h

Céline Kula-Kim

Pour Recherches en études féminines et de genre dans La Société d’Etudes Féminines Africaines, 2016

Originaire de la République Démocratique du Congo, Céline Kula Kim est docteure en études féminines et études de genre et chargée de cours à Sciences Po Lyon. Elle est fondatrice de l’association APLI International, le Forum d’Etudes en genre et développement (Lyon). Elle a animé l’émission « Femmes et Sociétés » sur Radio Trait d’Union 89.8 à Lyon. Cela lui vaut d’être souvent sollicitée pour des conférences et des séminaires sur la femme africaine et sur l’immigration africaine en France.

 

 

Lundi 26 mars à 16h

Charles Bonn

Pour Lectures nouvelles du roman algérien

À travers les lectures récentes du roman algérien par son auteur, cet ouvrage montre comment les concepts de postcolonial, de modernité et de postmodernité, de tragique ou de roman familial peuvent servir ou non pour caractériser une relation nouvelle entre littérature et histoire, politique, mais aussi intimité.

 

 

Lundi 26 mars à 16h

Gertrude Dallot-Befio

Pour L’Africaine blanche au cœur de la Centrafrique, 2016

C’est dans une tranche d’histoire de la République centrafricaine, au vingtième siècle, qu’elle inscrit les difficultés qui peuvent exister au sein d’un couple aux prises avec des différences culturelles …

 

 

Mardi 27 mars à 16h

David Mala Kini

Pour Noirs migrants, 2016

Du génocide rwandais dans l’est du Congo aux plages des Canaries, ces quinze lettres d’amour et de péripéties nous racontent le voyage tourmenté d’un ancien chef de guerre vers Cath, sa dulcinée européenne. Plus qu’un simple témoignage, ce texte très imagé, dur et sans concession, nous fait traverser la dictature, les frontières, le Sahara, l’Islam, le Maghreb, les racismes, la mer…

 

 

Mercredi 28 mars à 16h

Claude Diaz

Pour Demain tu pars en France. Du ravin béni-safi en au gros caillou Lyonnais, 2011
L’espoir des vaincus. Soldats perdus d’Abd el-Khader à Sète, 2013
De miel et de bigarade, 2015

Les blessures de l'absence, 2017

Né à Béni-Saf (Algérie), Claude Diaz a quitté l’Algérie, à 13 ans, dans les turbulences de l’indépendance pour s’installer à Lyon. Après des études universitaires scientifiques dans cette cité et une année de formation à l’ENSSAA de Dijon, il enseigne la biologie et l’écologie. L’Hérault est devenu sa dernière terre d’adoption où il est adhérent de l’association « Auteurs au Soleil ».

 

 

Jeudi 29 mars à 16h

Bacary Goudiaby

Pour Rythmes et fibres poétiques

Journaliste, animateur de radio et écrivain. En 1994 alors étudiant à l’Université de Cambridge, Bacary Goudiaby y rencontre Nelson Mandela. Pour son article « C’est de l’esclavage » paru le 30 octobre 2007 sur le portail de Xalima à propos de l’Arche de Zoé, il est nominé pour le Prix Lorenzo Natali qui récompense les journalistes engagés pour les droits de l’homme, la démocratie et le développement. Rythmes et fibres poétiques ! La beauté de la plume experte de l’auteur, véritable lieu de confrontation et de communion de diverses figures de style, nécessaires à la respiration du poème, donne l’impression de traverser un jardin de mots singuliers annonciateurs des bourgeons d’un nouveau printemps poétique.

 

 

Jeudi 29 mars à 16h

Christine Adjahi

pour ses différents ouvrages

Docteur en géographie, enseignante-documentaliste pendant plus de 20 ans, cette franco-béninoise, porte l’interculturalité dans toute son activité de conteuse, en France et au niveau international. Elle a soutenu des projets pédagogiques dans les établissements scolaires français qui travaillent sur l’Afrique et sur les contes africains et a fondé le Festival International du Conte et de la Parole.

 

 

Vendredi 30 mars à 16h30

Beata Umubyeyi-Mairesse

pour Ejo, nouvelles, 2015
Lézardes, nouvelles, 2017

Beata Umubyeyi-Mairesse est adolescente quand elle survit au génocide des Tutsi  et quitte le Rwanda pour la France, en 1994. Après ses études, elle travaille pour  des ONG aux quatre coins du monde; elle vit aujourd'hui à Bordeaux où elle est engagée dans des projets de promotion de la santé. Nouvelliste, poétesse, elle est militante féministe et antiraciste.

 

 

Samedi 31 mars à 16h

Ysiaka Anam

pour Et ma langue se mit à danser, Roman, Ed. La Cheminante, 2017

Ysiaka Anam est née sur une languette de terre, quelque part en Afrique de l'Ouest, avant de suivre l'exode familial vers la France. C'est la rencontre de l'autre, dans ce qui fait son humanité, qui l'intéresse plus particulièrement. L'écriture accompagne ses hivers extérieurs et intérieurs, depuis le jour où elle s'est retrouvée mêlée à une autre langue que celle de ses aïeux. Elle aime croiser son expérience vécue à des moments de glissement et de fissure dans le réel.